culture de la patate douce au potager bio

La patate douce (Ipomoea batatas) est un légume racine cultivé principalement pour ses tubercules. Elle est arrivée en Europe dès le retour du premier voyage de Christophe Colomb. Mais elle n’a pas connue le même essor que la pomme de terre (développement assez tardif également, fin du XVIIIème siècle avec Parmentier). Pour cause, c’est une plante d’origine tropicale qui nécessite beaucoup de chaleur pour se développer et tubériser correctement.

Aujourd’hui encore en France métropolitaine, bien que la culture de la patate douce reste marginale, de plus en plus de jardiniers et des maraîchers l’adoptent. Elle offre des rendements tout à fait corrects et des tubercules de bonne qualité. Ceci par la sélection de variétés mieux adaptées au climat tempéré.

Mais la méthode culturale doit être adaptée : Si en climat tropical il est possible de planter des tubercules qui vont donner d’autres tubercules, en climat tempéré cette façon de cultiver donne un rendement trop faible voir inexistant. Il est nécessaire de faire des boutures pour produire des plants qui produiront à leur tour des tubercules.

Quelques généralités

La patate douce fait partie de la famille des Convolvulaceae, tribu des Ipomeeae. Elle est de la même famille que ces adventices souvent redoutées au potager, les liserons ! Pas d’inquiétudes toutefois, le patate douce est beaucoup moins envahissante que les liserons.

Origine

La patate douce est originaire d’Amérique centrale dans une zone qui s’étend du Pérou au Venezuela où elle était cultivée plus de quatre millénaires avant J.-C. Sa culture s’est ensuite étendue dans la cordillère des Andes et les Antilles. Bien plus tard, vers 1100 elle arrive en Polynésie en provenance de l’Amérique du sud.  Elle est ensuite découverte par Christophe Colomb et ramenée dès son premier voyage en 1492. Elle arrive ensuite dans les Philippines avec les Espagnols, en partant du Mexique.

Étymologie

Le nom de genre, Ipomoae, vient du grec et est composé de ipos, « genre de ver » et homoios, « semblable », qui fait référence au port volubile des tiges (selon wikipédia). Le nom d’espèce, batata, est quant à lui emprunté au latin et signifie « patate ».

Botanique

Comme évoqué ci-dessus la patate douce vient de la famille des Convolvulacées dont les plantes sont des volubiles grimpantes ou rampantes. Ainsi elle émet de longues tiges rampantes dont certaines variétés peuvent atteindre jusqu’à 5 mètres de long. Pas de panique si vous avez un petit jardin, la plupart des variétés que nous cultivons atteignent plutôt 1 mètre de longueur.

Les feuilles ont une morphologie assez variable selon les variétés. Le limbe est soit entier, denté ou lobé, de forme arrondie à triangulaire, hastée, réniforme ou cordée. Les tubercules sont de forme, de taille et de poids (0,5 à 5 kg) très variable selon les variétés et les conditions de cultures. De même pour la couleur de l’épiderme et de la chair qui varie pour le premier de blanc, orange, marron, rose, rouge ou violet et pour le second de blanc, crème, jaune ou orange.

Climat

La culture de la patate douce se fait en tant que vivace en milieu tropical et sub-tropical. Au contraire, en climat tempéré, elle se cultive en annuelle. De ce fait, en France métropolitaine nous la cultivons en plante annuelle. Nous devons donc produire de nouveaux plants tous les ans.

Où pousse la patate douce en France ?

La zone de culture privilégiée de la patate douce en France métropolitaine est principalement dans le Midi, de la Nouvelle Aquitaine à la Provence-Alpes-Côte d’Azur. Les régions plus au nord ne sont pas pour autant exclues, le choix des variétés et de la méthode culturale permettent d’obtenir des rendements très corrects.

Pour ma part je cultive dans le Maine et Loire et j’ai toujours eu des rendements très satisfaisants.

La culture de la patate douce

Nous allons voir comment cultiver la patate douce en partant du choix des variétés. Nous verrons les méthodes de bouturage, et à la culture proprement dite, plantation, entretien et récolte.

Variétés de patate douce

Les variétés les plus connues pour la culture sous notre climat sont :

  • Beauregard, une variété assez précoce aux très gros tubercules rose clair à chair orange. Elle est bien résistante aux maladies.
  • Covington, une variété plus tardive que Beauregard, aux tubercules moyens et réguliers, à épiderme rose et chair orange.
  • Georgia Jet, une variété précoce, idéale pour le nord de la France. Le tubercule est à épiderme rosé et à chair jaune à orange.
  • Orléans présente un épiderme cuivré et une chair orange.
  • Murasaki-29 a une peau mauve et une chair blanc-crème.

Il existe aussi des variétés ornementales, aux feuillages pourpre, vert panaché etc.

Plus d’informations sur les différentes variétés de patates douces.

Faire ses plants de patate douce

Faire ses plants est une étape essentielle dans la culture de la patate douce. Il est pratique, ludique et facile de faire ses plants par bouturage. Pour cela, placer un tubercule dans un bocal en verre et remplir d’eau jusqu’à environ 1/4 de la hauteur du tubercule. La patate douce va donner des pousses qu’il suffit de prélever puis de repiquer dans des godets remplis de terreau. Quelques semaines plus tard vous aurez des plants prêts à rejoindre votre potager bio.

Découvrez sur cette page pourquoi et comment faire vos plants de patates douces. Je réponds aux questions suivantes : Pourquoi faire vos plants ? Où trouver vos plants ? Combien de tubercules mettre à germer ? Quelle méthode de germination choisir en fonction du rendement escompté ? Et, comment bouturer les rameaux obtenus ?

Mise en germination de la patate douce

La patate douce a émis des racines et des rameaux qui peuvent être bouturés

Planter les plants

La patate douce se contente de la plupart des terres avec une préférence pour les terres meubles et bien drainées. Elle aime également une terre bien riche.

Comme il s’agit d’un légume non rustique, la plantation se fait au printemps à partir du mois d’avril ou mai, selon votre région. La plantation peut se poursuivre jusqu’au mois de juin. Il n’est pas recommandé de planter plus tardivement car il faut en moyenne 110 jours de culture entre la plantation et la récolte.

Les plants se plantent en pleine terre ou en pot, sous serre si votre climat est frais en été. La patate douce a besoin d’une exposition très ensoleillée.

Il est nécessaire d’attendre que les boutures aient bien repris avant de planter, mais il ne faut pas attendre trop longtemps.

Prévoir un emplacement suffisamment grand car la patate douce émet un feuillage conséquent. Vous favoriserez une terre bien ameublie en profondeur afin de permettre une bonne croissance des tubercules. En terre argileuse il ne faut pas hésiter à former une butte d’une quinzaine de centimètres de hauteur. Les plants se plantent tous les 30 cm sur le rang et il faut compter 70 à 90 centimètres entre deux rangs. La culture sur bâche tissée est une alternative intéressante pour limiter le désherbage et gagner de la chaleur au niveau des plants.

Tout savoir sur la plantation de la patate douce – Découvrez des techniques spécifiques.

Jeune plant de patate douce mis en terre

Jeune plant de patate douce mis en terre

Entretenir

Pour réussir la culture de la patate douce, une bonne gestion de arrosage tout au long de la culture est primordial. C’est un légume racine qui apprécie beaucoup l’eau, vous devrez donc lui en apporter régulièrement. L’idéal est d’utiliser un goutte à goutte pour bien maîtriser et économiser l’eau d’arrosage. Les arrosages seront diminués à l’approche de la récolte afin d’éviter les risques de pourritures.

Dès la plantation disposer un léger paillis, par exemple de la tonte de gazon, qui va permettre de conserver une bonne humidité dans le sol.

Tuteurer la patate douce

Il est possible mais pas indispensable de tuteurer la patate douce. Pour rappel, la patate douce fait partie de la tribu des ipomées qui sont toutes des plantes volubiles, c’est à dire que leurs tiges s’enroulent autour de leur support.

Pour le jardinier il n’y a rien à faire pour la tuteurer (contrairement à la tomate), si ce n’est de lui offrir une structure où elle pourra s’accrocher et croître à sa guise.

Association de culture

Une association possible de la patate douce serait avec du maïs doux. Ces deux plantes sont gourmandes en eau et le maïs servirait de tuteur à la patate douce. Je n’ai personnellement pas encore testé cette association et je n’ai rien vu sur le sujet. N’hésitez pas à partager votre expérience si vous avez déjà testé cette association.

Récolter et conserver

La patate douce est une plante de jours courts qui tubérise lorsque les jours diminuent. En France métropolitaine nous considérons le début de la tubérisation vers le 15 août. Pour rappel, la patate douce est une plante originaire d’Amérique centrale en climat tropicale. En considérant toute la zone tropicale les jours durent de 10 à 13,5 heures. La patate douce n’est donc pas naturellement habituée à avoir 16 heures de jours comme nous avons au solstice d’été. Il faudra attendre que les jours raccourcissent et qu’elles aient emmagasiné assez de chaleur.

Leur calibre devient optimal en octobre ou novembre, selon la période de plantation, la précocité des variétés et de la météo.

L’art de bien récolter est de ramasser les tubercules le plus tardivement possible sans qu’ils ne soient atteints par les premières gelées automnales. Sachant que le buttage et un bon paillage aident à protéger les tubercules du froid.

Comment récolter et conserver les tubercules de patates douces :

  • Quelques jours avant la récolte, couper le feuillage jauni.
  • Déterrer les tubercules avec une fourche bêche en prenant soin de ne pas les abîmer.
  • Laisser les tubercules sécher quelques heures au soleil avant de les entreposer.
  • Conserver les tubercules dans un endroit frais, sec et à l’abri de la lumière.
  • Garder quelques tubercules pour démarrer les boutures l’année suivante !
  • Après la récolte il convient d’attendre au moins deux semaines pour que l’amidon se transforme en sucres.

A savoir : Les feuilles sont comestibles et peuvent se consommer comme les épinards.

Récolte des tubercules