En regardant votre lopin de terre, vous vous questionnez. Qu’allez-vous bien pouvoir cultiver sur cette petite surface ? Vous qui adorez jardiner et déguster un tas de bons légumes frais, cette modeste superficie vous ennuie. Mais pas question de ne rien y faire ! En étant bien organisé, vous pouvez facilement gagner de la place dans votre potager. Et ce, que ce soit sur une petite ou une grande parcelle. Il suffit de suivre les 4 principes qui vous aideront à optimiser vos quelques mètres carrés.

1) Gagner de la place au potager en l’optimisant

Râteau et bêche en main, vous êtes prêt à vous lancer. Vous êtes motivé par cet espoir de cultiver d’innombrables légumes. Même sur la petite parcelle qu’est la vôtre.

Mais par où commencer ?

Le premier conseil que j’ai à vous donner est d’optimiser votre potager. Sans cela, inutile de penser gagner de la place. Il existe plusieurs astuces pour y arriver. Vous ne les connaissez pas ? Ça tombe bien, je vais vous les partager.

De façon générale, je vous déconseille de laisser le sol à nu. Même s’il s’agit d’un petit coin. Vous pourriez y semer des radis, par exemple. L’optimisation d’un potager commence par l’exploitation maximale de tout l’espace disponible. Pas de gâchis ! Alors plantez et semez en jouant sur tout le potentiel de votre terre.

Attention cependant ! Évitez de planter densément au printemps. À cette saison, l’air est encore frais et humide. Et l’humidité a le chic de propager les maladies. Si vos légumes sont cultivés côte à côte (et que l’un d’entre eux est malade), ils se contamineront les uns après les autres. Ce serait dommage de perdre une bonne partie de votre travail pour cette erreur.

Pas de semis serrés au printemps, mais faites-vous plaisir en été.

Ce type de plantation rappelle la culture en bloc rectangulaire. Il s’agit d’une technique qui consiste à semer et planter des légumes très près les uns des autres. Surtout ceux qui ne prennent pas beaucoup d’espace (tels que les carottes, navets, radis, panais, etc.).

L’optimisation est garantie, le gain de place assuré et les récoltes multipliées !

Lorsque l’on jardine, il faut aussi penser à la circulation. C’est là que les allées entrent en jeu. Or, pour un tout petit potager, j’aurais tendance à vous déconseiller d’en ajouter. Elles vous feront perdre de la place plus qu’autre chose. Privilégiez un espace minimal pour vous déplacer entre vos cultures.

Pour des potagers un peu plus grands, les allées s’avèrent essentielles. Ne visez ni trop grand (vous perdriez de la place), ni trop petit. Je vous conseille d’opter pour une largeur comprise entre 30 et 40cm. Ce devrait être suffisant pour circuler sans gêne. Pour les plates-bandes, 1m10 de largeur convient parfaitement. Concernant la longueur, c’est à vous de voir selon la taille dont vous disposez.

Personnellement, je vis à la montagne avec mon petit ami qui est maraîcher. Nous avons plusieurs parcelles mais cela ne nous empêche pas de les optimiser du mieux que nous pouvons. Pour en savoir plus sur notre univers et notre façon de cultiver, n’hésitez pas à découvrir mon blog Le Potager d’Aillou.

Un potager bien optimisé

Dans un petit potager, chaque mètre carré compte. Optimisez au mieux vos plates-bandes et allées

2) Associer les plantes

Voici une toute nouvelle astuce pour gagner de la place au potager (et pas des moindres) : l’association des plantes. Pour effectuer des alliances potagères ET optimiser l’espace, je vais vous partager trois façons de faire.

2.1) Opter pour la culture successive/à la dérobée

Cette méthode est assez simple à mettre en place. Il s’agit de cultiver en continu des légumes au même endroit. Par exemple :

  • 1er légume : semis d’épinards en mars.
  • 2ème légume : plants de tomates en mai.
  • 3ème légume : plants de choux en septembre.

Vous gagnez de l’espace en exploitant au maximum votre parcelle. Sans oublier la culture de plusieurs plantes potagères qui maximise vos récoltes.

2.2) Cultiver à la verticale

Cette méthode est très intéressante dans un but d’optimisation. Cultiver à la verticale permet de gagner beaucoup de place dans votre potager. Voici quelques légumes qui se prêtent parfaitement à cette technique :

  • haricots grimpants ;
  • tomates ;
  • courges ;
  • artichauts.
haricots grimpants sur un treillis en bambou

Gagner de la place au potager avec la culture de haricots grimpants qui occupent la dimension verticale du jardin et produisent davantage que les haricots nains. Des potagères de petite taille peuvent être cultivées à leurs pieds.

Soyez malin ! Pensez à la complémentarité des plantes aériennes et racinaires. Associer cultures hautes et légumes couvre-sols est une méthode efficace pour exploiter tout l’espace disponible. Par exemple :

  • poivrons + laitues ;
  • aubergines + betteraves ;
  • haricots grimpants + radis ;
  • artichauts + salades.

2.3) Associer les cultures à croissances lente et rapide

Cette alliance de culture est tout aussi efficace pour gagner de l’espace.

Certains légumes se développent rapidement. D’autres ont besoin de plus de temps. Mais ces différences de croissance ne sont pas pour autant incompatibles. Bien au contraire ! Je vous conseille fortement de les associer.

Premier exemple :

L’oignon est un bulbe dont la croissance est longue. Il reste en terre un bon moment avant d’être récolté. Devez-vous le laisser occuper le terrain seul, longtemps et égoïstement ? Que nenni ! Disposez des plants de laitues entre les oignons. Ce légume-feuille pousse rapidement et sera prêt bien avant son ami le bulbe. En associant ces deux plantes, vous êtes gagnant en tout point de vue : gain d’espace, multiplication des récoltes et association bénéfique (oignon et salade s’aident mutuellement à bien croître).

Second exemple :

Vous avez semé des carottes sur une rangée entière. Mais vous devez attendre plusieurs semaines, que dis-je ! plusieurs mois avant qu’elles ne soient prêtes à la récolte. Comme les oignons dans l’exemple précédent, elles envahissent cet endroit à elles seules. Pourtant, vous pourriez leur apporter un peu de compagnie. Après avoir réalisé un sillon, il vous suffit simplement de semer carottes et radis en même temps, avant de tout reboucher. Les radis ont une croissance très rapide. Vous pourrez les récolter bien avant leurs voisines. Vous créez une culture 2 en 1 vertueuse !

3) Cultiver hors-sol

Votre potager est bien garni ? Vous ne pouvez plus rien y ajouter et pestez parce que votre surface est trop petite ? Vous auriez aimé cultiver d’autres légumes. Et c’est là que j’interviens avec une méthode aussi ancienne qu’efficace : la culture hors-sol.

C’est une technique parfaite pour tous ceux qui ont un petit potager, qui vivent en ville ou qui n’ont pas une terre très fertile. Il suffit d’avoir un jardin, une terrasse, un balcon ou même un bord de fenêtre.

Alors comment faire ?

Utilisez des pots ou des bacs remplis de terre. Vous pouvez facilement y cultiver des légumes qui ne prennent pas trop de place (radis, salade, épinard, oignon, etc.) et des aromates (basilic, aneth, persil, coriandre, romarin, thym, etc.)

Un bac potager bien rempli

Un bac potager bien optimisé – les choux plus fins à leur base s’insèrent bien entre les laitues

Vous pouvez également jardiner hors-sol à l’aide de gouttières. Oui oui, vous avez bien lu : des gouttières ! Il vous suffit de les faire tenir horizontalement contre un mur, les unes au-dessus des autres. Ajoutez de la terre et un peu de compost. Vous êtes fin prêt à cultiver hors-sol, à la verticale, dans des gouttières tout en longueur.

Fraisier, aromates, salades, blette, panais, carotte, betterave, navet, il y en a pour tous les goûts. Évitez cependant les plantes aériennes ou trop volumineuses : elles seront plus compliquées à travailler dans ce type de structure.

Vous l’aurez compris, la culture hors-sol a de nombreux avantages non négligeables.

Découvrez aussi nos 15 conseils pour réussir un potager de balcon et de terrasse.

Des laitues cultivées dans des gouttières

La culture en gouttière est une bonne option pour les petits jardins. Originalité garantie !

4) Être organisé

Le quatrième et dernier conseil à suivre pour optimiser votre potager est… l’organisation ! Je pense que cette qualité est primordiale pour gagner un maximum de place sur votre parcelle.

Et pour ça, je vous invite à suivre quelques astuces :

  • Faire un plan de votre potager: dessiner un croquis de votre parcelle avec les légumes à semer/planter vous aide à optimiser le terrain. Vous indiquez les dimensions des plates-bandes et des allées, notez les associations potagères, inscrivez l’emplacement des légumes, etc. Ce plan est un véritable guide pratique.
  • Établir un calendrier de culture : il vous servira à planifier la date de vos semis et plantations. L’objectif étant d’échelonner vos cultures dans le temps et de ne manquer de rien. Tout comme le plan du potager, ce calendrier est un véritable guide qui vous aide à être bien organisé.
  • Anticiper la production de plants: grâce au calendrier, vous pouvez facilement anticiper la production et l’achat de plants en pépinière. Ne sous-estimez pas ce conseil. Vous devez remplacer les légumes récoltés par de nouveaux plants (ou graines). Si vous ne les avez pas en votre possession, vous serez coincé. Mieux vaut donc anticiper cette étape.

Maintenant que vous connaissez les 4 principes pour gagner de la place au potager, vous n’avez plus qu’à les mettre en pratique. Sortez grelinette, râteau et cordeau pour vous mettre au travail. Mais peut-être que vous-même avez des astuces à partager ? N’hésitez pas à me les confier en commentaire, je serais ravie de les lire. 😊

Un grand merci à Aurélien de m’avoir permis d’écrire un article sur son blog.