Tous les ans au printemps, les coccinelles élisent domicile sur diverses plantes du potager-verger : absinthe, fève, pêcher etc. La vigueur printanière de ces plantes attire les pucerons en quête de sève fraiche. Les bêtes à bon Dieu, prédatrices expertes de ces piqueurs-suceurs sont attirées à leur tour par cette nourriture privilégiée. De quoi fournir aux coccinelles gîte, couvert généreux et lieu de ponte pendant plusieurs semaines. Quelles sont ces plantes à pucerons et à coccinelles ? Comment attirer les coccinelles en nombre dès le printemps ? Quelles espèces peut-on observer ? Comment les aider en hiver ? C’est ce que nous allons voir dans cet article !

Mise à jour de l’article : 21/01/2021

Les espèces de coccinelles à voir au potager-verger

Parmi les coccinelles à observer au printemps, la plus fréquente est la coccinelle à sept points, Coccinella septempunctata (photo ci-dessous). Cette coccinelle peut manger une centaine de pucerons par jour, d’ailleurs sur la photo vous pouvez observer que la coccinelle ne nous a pas attendue pour passer à table !

 

attirer les coccinelles au potager, la coccinelle à sept points

Une coccinelle à sept points mange un puceron sur un plant d’absinthe

Sur la photo ci-dessous vous pouvez observer une larve de coccinelle asiatique (Harmonia axyridis). Impressionnant n’est-ce pas ? Elle ne ressemble pas du tout à une coccinelle adulte et leurs larves mangent aussi des pucerons. Leur dernier stade larvaire, qui en compte quatre, est très vorace et mange entre 80 et 100 pucerons par jour !

attirer les coccinelles au potager, une larve de coccinelle

Larve de coccinelle asiatique

J’ai eu la chance d’observer une très jolie race de coccinelle, Propylea quatuordecimpunctata, la coccinelle à quatorze points. Elle est plus couramment appelée coccinelle à damier.

Une coccinelle à 14 points

Une coccinelle à 14 points : Propylea quatuordecimpunctata

Une autre coccinelle étonnante, laquelle est noire à points rouge, c’est une forme de la coccinelle asiatique ou arlequin, Harmonia axyridis.

attirer les coccinelles au potager

Une forme de coccinelle asiatique (Harmonia axyridis)

Coccinelle asiatique

Une autre forme de la coccinelle asiatique sur plant de tanaisie

Les coccinelles proposées en lutte biologique

Pendant de nombreuses années, les jardineries (et leurs fournisseurs) ne proposaient que la coccinelle asiatique en lutte biologique. Pour cause, elle est très efficace contre les pucerons. Cependant elle est invasive et tend progressivement à remplacer les populations de coccinelles indigènes. Notamment en se nourrissant de leurs œufs et larves.

Voilà pourquoi, si vous recherchez une solution de biocontrôle contre les pucerons ou cochenilles, je vous conseille de faire attention à l’espèce que vous achetez. Évitez Harmonia axyridis et privilégiez les espèces indigènes comme la coccinelle à 7 points (Coccinella septempunctata) ou à 2 points (Adalia bipunctata).

Aujourd’hui, la plupart des entreprises qui produisent des auxiliaires ont pris davantage conscience de l’importance de conserver l’équilibre des écosystèmes présents. Elles adaptent ainsi le choix des espèces proposées en lutte biologique. Je vous invite cependant à rester vigilant sur les espèces proposées en cas d’achat auxiliaires.

Attirer les coccinelles naturellement

Bien entendu, je vous encourage plutôt à laisser les coccinelles venir naturellement dans votre jardin. Mais comment attirer les coccinelles en pratique ?

Votre jardin doit être et rester accueillant toute l’année. Il y a donc deux périodes à considérer :

  1. les coccinelles doivent trouver leur nourriture sur les plantes dès la sortie de l’hiver, jusqu’en été.
  2. Elles doivent disposer d’abris adéquats pendant la période de diapause en automne-hiver.

Durant le printemps, et surtout lors de l’apparition des foyers de pucerons (et autres proies) il convient de ne pas les éradiquer avec des traitements, même naturels ou bio.

Les plantes cultivées qui attirent les pucerons

Au sein du potager-verger, les plantes cultivées qui attirent les pucerons (puis les coccinelles) sont les artichauts, fèves, haricots, pois, blettes, choux, laitues, pomme de terres, carottes, persils, groseilliers, pêchers, pommiers (liste non exhaustive). Ce ne sont pas forcément les mêmes espèces de pucerons qui sont attirées par ces plantes.

Les plantes compagnes qui attirent les pucerons sont les absinthes, tanaisies, rosiers, tournesols, l’orge, la luzerne (liste non exhaustive).

Selon mon expérience, l’absinthe est une plante compagne idéale pour attirer les pucerons et les coccinelles.

Le gîte et le couvert à la sortie de l’hiver

Les coccinelles adultes passent l’hiver cachées dans le jardin, sous les feuilles mortes, sous les mulch, dans les abris de jardin, dans les arbustes et arbres pour certaines espèces, au niveau du sol pour d’autres. A la sortie de l’hiver leur nourriture n’est pas exclusivement carnivore, elles sont aussi en quête de nectar et de pollen. Il est donc important d’avoir des plantes qui vont fleurir dès la sortie de l’hiver ainsi que des plantes où leurs proies sont présentes :

  • Toujours avoir une zone naturelle à proximité du potager. Laissez se développer l’ortie et le sureau dans cette zone.
  • L’orge est utilisé comme plante relais pour l’élevage des auxiliaires en nourrissant des pucerons. Semez une petite zone d’orge d’hiver en tant que couvert végétal.
  • Semez des engrais verts d’automne qui vont rester en place tout l’hiver et qui vont fleurir tôt en hiver comme la féverole, la vesce, associez-les avec des céréales, orge, avoine, blé.
  • N’arrachez pas la roquette cultivée en fin de saison, elle fleurira tôt au printemps prochain, c’est une bonne source de nectar pour les coccinelles.
  • Cultivez des euphorbes printanières annuelles et vivaces, plantes très attractives pour les coccinelles.1
  • Autres arbres et arbustes qui fleurissent en fin d’hiver : Cornouiller mâle, noisetier, buis, prunelier, laurier-tin, saule cendré et saule blanc, bourdaine, nerprun alaterne.2

Autres abris à coccinelles

Enfin il est possible d’acheter ou de construire des abris à coccinelles ou des hôtels à insectes pour qu’elles puissent trouver un refuge pendant l’hiver. Attention toutefois à bien situer ces abris, ils ne doivent pas être dans une zone trop humide. Une exposition sud et suffisamment à l’abri des intempéries est nécessaire. L’humidité est néfaste pour la survie des coccinelles, en effet elles sont sensibles à un champignon pathogène, la muscardine : leurs élytres se recouvrent de taches blanches puis elles meurent.

Source [1;2] : Coccinelles, primevères, mésanges, la nature au service du jardin de Denis Pépin et Georges Chauvin