Tout au long du processus du compostage, les déchets organiques passent à travers les mains de nombreux animaux dont des insectes, acariens, mollusques, vers rouges etc. De même pour les micro-organismes comme les levures, bactéries et champignons. Dans cet article invité, Yannick nous présente un insecte et un myriapode, le premier saproxylophage au stade larvaire, aide à la décomposition du compost. Le second, auxiliaire de culture, habite le compost et les paillis du jardin.

Tout d’abord je souhaite remercier Aurélien de m’accueillir sur son blog et d’avoir accepté ma demande d’article. Je vais donc commencer par me présenter je m’appelle Yannick et je suis le blogueur du blog au potager bio, ce dernier étant né de ma passion pour la nature et de tout ce qu’elle a à nous offrir.

Aujourd’hui, Je suis là pour vous parler d’un insecte et d’un myriapode, aussi passionnants l’un que l’autre et qui prennent refuge dans le compost pour y jouer leur rôle.

La cétoine

Cétoine

Description de la cétoine

Ce bel insecte vert est un coléoptère de la famille des Cetoniidae. Les adultes peuvent mesurer jusqu’à 20 millimètres et nous pouvons avoir la chance de les observer durant l’été. Pour ce qui concerne leur reproduction, on observe une première ponte de larve en juin par les femelles qui ont hivernées et qui meurent ensuite, alors que d’autres, préférant l’automne, hibernent pour réserver leur reproduction l’été d’après.

La larve, d’une couleur assez claire, se nourrit de bois décomposé mais le compost leur va très bien si dans ce dernier nous avons bien alternés les éléments secs et humides, gros et fins, déchets végétaux et du jardin (tonte de pelouse…) et que nous retournons le compost de temps en temps afin de l’aérer ; alors les femelles n’hésiteront pas à pondre dans votre tas de compost.

Alimentation de la cétoine

L’adulte se nourrit de l’étamine des fleurs afin de récolter le délicieux pollen de ces dernières ; surement un dur moment pour la fleur qui se retrouve privée de son organe reproducteur, mais un jardinier bio acceptera ces légers dégâts en échange de sa grande utilité écologique.

Vous pourrez croiser la cétoine sur des rosiers, des sureaux et bien d’autres fleurs qu’elle affectionne tout particulièrement.

Fonction écologique de ce coléoptère

Ce bel insecte joue un rôle très important de par sa taille assez avancée, qui est le recyclage des matières organiques ; ainsi la présence de cétoine dans le compost permet d’augmenter la vitesse de décomposition et ainsi d’aller plus rapidement à la maturation du compost.

Le lithobie

lithobie

Description du lithobie

Il fait partie de la famille des mille-pattes mais il n’en compte que 16 paires dont seulement 14 lui servent à marcher (assez rapide malgré tout comme petite bête). Les deux autres peuvent être comparées à une mâchoire composée de glandes à venin lui permettant de se nourrir. Ce petit insecte peut mesurer jusqu’à 30 millimètres et vous allez voir qu’il est très utile dans un jardin potager.

En avril, la femelle va chercher le cadeau nuptial déposé au préalable par le mâle et qui se nomme le spermatophore (définition Wikipédia : capsule créée par les mâles et qui contient des spermatozoïdes) ; ensuite la femelle pond des œufs qui vont connaitre plusieurs mues jusqu’à l’âge adulte.

Alimentation de cet insecte

C’est ici que cela devient intéressant pour nous jardiniers, car le lithobie se nourrit de pucerons, chenilles et autres insectes phytophages. Pour le faire venir chez nous, il suffit d’élaborer un tas de compost mais aussi de laisser quelque paillis dans le jardin potager. Vous aurez l’opportunité de voir apparaitre ce prédateur efficace contre certains nuisibles. D’autant plus qu’il n’hésite pas à grimper sur les arbres et murs, pour s’offrir un délicieux repas.

Fonction écologique du lithobie

Je crois que l’une des choses que nous pouvons ajouter dans sa fonction écologique est plutôt un petit constat personnel qui nous montre encore une fois que la chaine alimentaire est bien faite et que chaque insecte, animal… joue un rôle dans son environnement et qu’il est très important dans un potager d’avoir des nuisibles, des auxiliaires… afin de conserver un équilibre naturel propre à la nature elle-même.

Je vous remercie de m’avoir lu et merci encore à toi Aurélien de m’avoir accordé cet article dans lequel j’ai pris beaucoup de plaisir dans mes recherches comme dans l’écriture de ce dernier.