Mis à l’honneur dans la gastronomie méditerranéenne et provençale, le thym est une plante cultivée depuis des millénaires par l’homme ! Au jardin, sa culture est facile et réclame peu d’attention. En cuisine, il est un ingrédient indispensable du bouquet garni. En tisane, il est idéal pour soigner un rhume, donner de la force, ou aider à digérer. Dans cet article, (re)découvrez la culture du thym, ce petit arbrisseau de la grande famille des Lamiacées, famille phare des plantes aromatiques. Découvrez également ses utilisations en cuisine et ses vertus santé !

Les espèces de thym

Le genre Thymus compte plus d’une centaine d’espèces. Les plus communes dans nos jardins et en cuisine sont le thym commun et le thym à odeur de citron. Voici une description succincte de quelques espèces connues :

Le thym commun (Thymus vulgaris) est une espèce qui s’utilise aussi bien en cuisine qu’en tant que plante médicinale. Ses feuilles sont étroites et ovales en plus d’être lancéolées. Ses fleurs sont blanches ou mauves.

Le thym citron (Thymus citriodorus) combine le parfum du thym et du citron. Ses fleurs mauve lilas décorent votre jardin ou l’espace qui l’accueille. Cette variété se cultive mieux en pot aussi.

Le thym de Corse (Thymus herba-barona), appelé également thym carvi ou herbe à baron est une espèce bien tapissante. Ses feuilles sont plus ou moins brillantes et ses fleurs sentent le cumin. Il est reconnu pour ses qualités culinaires, notamment pour assaisonner la viande dont le baron de bœuf.

Le thym lavande (Thymus thracicus) ou marjolaine sylvestre dégage un arôme fort de thym d’origan. Il s’utilise mieux au barbecue dû à son arôme fort.

Le thym serpolet (Thymus serpyllum) est également connu sous l’appellation de thym sauvage. Cette espèce est rampante, elle forme un magnifique couvre sol ! Le serpolet est peu utilisé en cuisine.

Le thym des Açores (Thymus caespititius x azoricus) prend l’aspect de mousse en formant un tapis dense. Il est parfumé à l’orange amère. Ses fleurs sont mauves, blanches ou roses.

La culture du thym

Les espèces de thym, originaires d’Europe, sont particulièrement rustiques. Vous pouvez les cultiver sans problème au jardin ou en pot. Il est bien entendu possible d’obtenir des plants de thym à partir de semis, mais il vous faudra patienter près de deux années avant d’en récolter ! Il est bien plus pratique de se procurer directement des plants à planter. Pour cela vous pouvez prélever une marcotte sur un sujet déjà développé ou récupérer un plant d’un semis spontané. Le cas échéant, vous pouvez bien sur vous en procurer en jardinerie.

Le type de sol et exposition

Le milieu naturel du thym est la garrigue, un milieu dont le sol est bien drainé, caillouteux, calcaire, aride et sec. Dans ce milieu le thym va développer des arômes puissants et riche en substances aromatiques dont en huiles essentielles. Il est d’ailleurs intéressant d’observer son aspect très tortueux dans ce milieu.

Dans nos potagers, le thym fait généralement de belles touffes avec de jeunes pousses annuelles vigoureuses. Nos jardins sont effectivement des lieux plus enrichis en humus, ce qui plait aussi à cette plante méditerranéenne. Le thym ainsi cultivé est probablement moins riche en substances aromatiques que dans la garrigue mais il reste évidemment intéressant.

Pour ce qui est de l’exposition, la plante aime le plein soleil et peut aussi s’accommoder d’un peu d’ombre dans la journée.

Le semis

Pour une culture à partir de graines, il faut s’armer de patience ! Comptez de 6 à 8 semaines pour voir apparaitre les jeunes pousses. Le semis, qui se fait généralement entre avril et mai en pépinière, donnera des plants prêts à être repiqués à partir de l’automne voire du printemps suivant ! Et pour des récoltes généreuses, il faudra attendre l’année suivante.

Pour une culture en pot, le thym a besoin d’une terreau drainant, superposé a du sable ou du gravier au fond pour que l’eau puisse mieux s’évacuer.

La plantation

La plantation se fait généralement au début du printemps dans un sol ameubli et gardé frais le temps de sa reprise racinaire. Vous pouvez également plantez le thym à l’automne, suite à une division de touffe ou au semis printanier.

L’entretien

La plante est de nature à se débrouiller seule. Ce qui fait qu’elle n’exige pas beaucoup d’entretiens. Toutefois, si vous visez à avoir une belle plante plus productive, il ne faut pas négliger les conditions dans lesquelles elle se trouve.

Supprimez les mauvaises herbes qui l’empêchent de bien se développer. Enlevez les branches dont les feuilles sont rares. Ne l’arrosez plus s’il pleut.

La taille

Pourquoi tailler cette plante ? Le principal objectif de la taille du thym est de toujours avoir une plante compacte qui ne s’éparpille pas dans votre jardin ou en pot.

Il est préférable d’attendre la fin de la floraison pour tailler cette plante. Pour ce faire, coupez les tiges jusqu’à ⅓ de leur longueur au moins. Les branches qui sont toujours accompagnées de feuilles peuvent servir en cuisine. Faites-les sécher si vous en avez besoin. Pour une touffe de thym vieille, dont le cœur est sans feuilles et sec, seulement 2 à 3 cm au-dessus de la zone sèche sont à tailler. La touffe va bourgeonner à nouveau et vous donne une plante à aspect compact et agréable à voir.

La récolte du thym et sa conservation

Le culture et la récolte du thym peut se faire tout au long de l’année. Néanmoins, pour profiter au maximum de ses arômes, récoltez cette plante pendant sa floraison. Tâchez seulement d’éviter la coupe à la base de la branche au moment de la récolte.

Pour ce qui est de la conservation, vous avez le choix entre faire sécher le thym à l’air libre pour le placer en bocal ou le mettre au congélateur pour essayer de garder sa fraîcheur. Dans tous les cas, la plante peut se conserver pendant des mois. C’est seulement dans la deuxième option que l’arôme est mieux conservé.

Les maladies du thym

Le thym est peu vulnérable face aux différentes maladies. Son seul ennemi est un champignon qui conduit à son pourrissement. Faites attention à ne pas confondre les actions de ce champignon à un dépérissement lié à la qualité du sol. Cette situation résulte généralement d’une terre trop argileuse qui conduit à l’asphyxie de ses racines. Sinon, cette plante elle-même repousse certains parasites du potager.

Utiliser le thym en cuisine

Cette plante aromatique s’utilise de diverses façons en cuisine. Ajouté à vos plats, le thym les parfume à travers ses feuilles aux arômes puissants. Il accompagne avec succès les sauces à base de vin et la cuisson des plats mijotés vous permet de faire un voyage aromatique en l’y ajoutant.

Vous souhaitez apporter plus de goût et d’arôme à vos salades, il vous suffit d’ajouter du thym dans l’huile végétale ou dans le vinaigre que vous utilisez. Utilisé comme de l’herbe pour faire de la liqueur, il sert de digestif en fin de repas. Désireux de l’ajouter dans vos desserts, préparez du caramel au thym ou des pêches rôties au four avec du thym.

Pour trouver des recettes qui font profiter des arômes du thym, parcourez le site la cuisine de carole. Vous y trouverez votre bonheur !

Les vertus du thym

Le thym est reconnu pour ses vertus digestives. Prendre de la tisane de thym seule, avec du miel ou du citron, aide à améliorer un état de fatigue généralisée.

Grâce à sa teneur en thymol, cette plante constitue un puissant ingrédient anti-infectieux. Contenant du géraniol, le thym est aussi un puissant antifongique et antiviral. Composé de linalol, il constitue également un puissant vermifuge. Par ailleurs, faisant figurer du carvacrol parmi ses principes actifs, il constitue un tranquillisant naturel pour vous aider à faire face à de nombreuses maladies.

Articles similaires