Le basilic européen est une plante aromatique et condimentaire au parfum marqué et bien connu de tous. Originaire des îles du Pacifique, le basilic aime la chaleur et en a besoin pour se développer correctement. Il se cultive au potager ou en pot sur le balcon ou terrasse, à partir de graines ou de plants. Dans cet article nous allons voir comment cultiver le basilic à partir de graines ou de plants. Je détaillerai les étapes du semis, de la plantation et comment bien l’associer au potager. Nous verrons comment l’entretenir au mieux pour retarder la montée à fleurs, éviter les maladies dont le mildiou et aussi comment le récolter et le cuisiner avec quelques idées d’utilisations dont la recette du pistou génois. Sans oublier une petite astuce pour avoir du basilic frais et rapidement une bonne partie de l’année. Enfin nous parlerons de la production de graines, dans l’objectif d’un potager autonome.

Botanique et informations notables

Le basilic européen, Ocimum basilicum L., pistou des provençaux, est une plante annuelle qui fait partie de la grande famille des Lamiacées ou Labiées, comme de nombreuses plantes aromatiques. De port buissonnant il mesure de 40 à 60 cm de haut et porte des feuilles amples et lisses d’un vert franc luisant. Lorsqu’on les touche elles exhalent un parfum agréable, épicé, riche en nuances, avec une note de clou de girofle plus ou moins prononcée selon les variétés. A l’aisselle des feuilles sur la tige, naissent de nouvelles feuilles. Les fleurs sont blanches ou violettes selon les variétés et portées par la tige qui s’étiole avant de fleurir.

Le basilic est une aromatique feuille

Le basilic est typiquement une aromatique feuille qui selon l’approche phénoménologique Goethéenne est dans une dynamique de pétioler et s’étaler : Les feuilles forment des pétioles puis elles s’étalent généreusement. Le processus aromatique floral (le parfum) se retrouve dans les feuilles, elles embaument leur environnement lorsqu’on les touche. Lorsque la floraison commence, les feuilles s’affinent et la plante commence à se dessécher. [1] De part cette observation, nous pouvons déduire qu’il faut retarder au maximum la floraison, processus qui amène la fin des récoltes. Hormis si l’on souhaite récolter des semences, évidemment. En jardinage biodynamique, les travaux seront fait principalement les jours feuilles.

Cultiver le basilic

Un seul plant de basilic bien cultivé est suffisant pour la consommation de deux personnes. Quelques plants en plus sont indispensables pour les amateurs de pesto ! Quoiqu’il en soit, le basilic est une plante compagne de plusieurs autres légumes, il est bon de l’associer à ces plantes pour les protéger et améliorer leur production. Ainsi n’hésitez pas à cultiver plusieurs plants de basilics pour les associer à vos tomates, aubergines, poivrons et choux.

Les variétés de basilic

  • Les basilics de type Génovèse ou génois sont des variétés traditionnellement cultivées en Italie, dans la région de Ligurie. Le basilic Genovese est renommé pour son utilisation dans la réalisation du pesto genovese. Ces basilics italiens se caractérisent par des feuilles vertes claires à l’arôme intense mais absence de parfum mentholé. On peut trouver comme variétés : le « Genovese »; le « Vert de Gènes »; le « Grand Vert Genovese » ou aussi « Grand Vert ».
  • Le basilic à petites feuilles a un port plus compact que le type génois. Les variétés « Petit Vert » et « Minimum »
  • Le basilic « Thaï » a un port assez compact et donne des feuilles plates contrairement au type génois. Son parfum est particulièrement agréable, épicé et légèrement anisé. La floraison très regroupée est d’un charmant mauve qui contraste avec le feuillage vert.
  • Le basilic « Cannelle » a des tiges pourpres qui portent des feuilles légèrement dentées. Comme son nom l’indique il à un petit parfum de cannelle, parfait pour donner un goût unique aux desserts et sorbets. Nous le verrons plus loin, cette variété est utile en serre.
  • Le basilic perpétuel Magic Mountain (Occimum kilimandjaricum) également appelé basilic du Kenya est une variété vivace, sensible au gel. Il peut se cultiver en pleine terre dans les régions les plus douces en hiver, à condition de bien le protéger du froid. Il est toutefois préférable de le cultiver en pot (semi-enterré) et de le rentrer en hiver. Plus haut que les basilicum, il forme un buisson haut de 90 cm. Il développe un parfum et une saveur poivrée et légèrement mentholée.
  • Le Basilic Sacré ou Tulsi (Ocimum tenuiflorum) est une plante très réputée en Inde, si bien qu’il est appelé la reine des herbes. Il a une place très importante dans l’Ayurveda qui lui prête de nombreuses vertus médicinales. Sur le corps, il agit comme un détoxifiant, anti-infectieux et anti-inflammatoire. Sur l’esprit, il permet de lutter contre le stress, clarifie l’esprit et renforce le mental. Il se consomme en infusion.
variétés de basilic

Cultiver diverses variétés de basilics pour varier les saveurs

Où trouver vos graines et plants de basilics ?

Pour l’achat de semences, de nombreux sites internet proposent des variétés des plus communes aux moins connues. Une mention spéciale pour Kokopelli qui propose une gamme très variée avec près de 36 variétés différentes !

Pour l’achat de plants, je recommande plutôt l’achat en direct dans des jardineries ou chez des pépiniéristes locaux. Il est ainsi possible de vérifier l’état des plants avant de vous les procurer. Vérifier notamment qu’ils ne présentent pas de maladies, de taches sur les feuilles et que les racines sont saines et n’aient pas de chignons trop conséquents. Attention aux variétés vendues dans les supermarchés, elles sont semées très denses, ce qui est bien pour récolter directement mais pas pour planter.

Semer le basilic

Soit vous achetez directement vos plants en jardinerie ou à un producteur de plants, soit vous semez vos graines. Personnellement j’opte pour le semis car il offre l’avantage d’accéder à un plus grand nombre de variétés et il est plus économique. D’autant plus que la faculté germinative du basilic est de 4 à 8 ans. Cependant produire des plants à partir des semis est un peu plus compliqué surtout lorsqu’on débute. Il faut le bon matériel, les bonnes conditions et un bon suivi pour bien le réussir.

Le semis direct est possible mais je recommande de semer en terrines, godets, plaques alvéolées ou en mini-mottes. De tels plants montent plus tardivement en fleurs.

Quand semer le basilic ?

Le semis du basilic se fait à partir du mois de mars à l’intérieur au chaud et se poursuit jusqu’en juin. Comme nous l’avons vu le basilic aime la chaleur et sa graine en a également besoin pour bien germer. La germination sera correcte aux alentours des 20°C. Les semis plus tardifs (mai et juin) peuvent se faire à l’extérieur ou en serre froide.

Comme déjà évoqué, le basilic s’associe bien avec les solanacées. Afin d’être sur d’en avoir à planter au même moment que vos tomates, semez-le en mars-avril.

Je réalise aussi un second semis plus tardivement, à partir du mois de mai. Le but étant d’échelonner les récoltes en fin de saison, lorsqu’il devient difficile de retarder la montée en fleurs des premiers plants.

Comment semer le basilic ?

Dans le but de produire des plants distincts, voici comment il est possible de procéder :

  1. Remplir une terrine, des godets ou une plaque alvéolée d’un terreau spécial semis puis tasser.
  2. Faire des trous profonds de 3 mm, distants de 2 à 3 cm en terrine; 2 à 4 trous par godet ou un trou par alvéole.
  3. Semer une à deux graines par trou puis pousser le terreau sur les graines avec vos doigts.
  4. Arroser à l’aide d’un pulvérisateur la surface du terreau et arrosez par capillarité.
  5. Placez le contenant près d’une source de chaleur et à un endroit lumineux.

Pour ma part je fais le plus souvent le semis en godets : 4 trous par godet, je sème deux graines par trou. J’éclaircis en gardant les 3-4 plus beaux plants par godet. En mai, je sépare la motte en autant de plants restants et je les plante à leur emplacement définitif. L’avantage contrairement au semis en terrine est que je n’ai pas besoin de rempoter en godets individuels.

Semer le basilic pour avoir un choix large de variétés

Semis en terrine : jeunes plantules de basilic à rempoter en godets

Comment semer en pot pour avoir du basilic tôt dans l’année ?

Il existe une astuce pour produire rapidement du basilic : Il s’agit de semer dense dans un même pot et de récolter dès que les plants sont suffisamment grands (au moins 6 feuilles vraies). C’est typiquement le procédé des pots de basilics que nous pouvons trouver dans les magasins alimentaires.

Comment faire ? Dans un pot circulaire on sème 1 à 2 graines tous les deux centimètres en partant du centre du pot. Les plantes vont pousser très serrées mais on obtient rapidement du basilic à récolter.

Ce pot peut être laissé à un endroit lumineux près de la cuisine pour en avoir facilement à disposition.

Planter le basilic

La plantation se fait avec des plants de taille correcte qui ont développés 4 à 6 feuilles vraies minimum. Les plants issus des semis précoces seront acclimatés dès que les conditions extérieures le permettent. Je rappelle que le basilic est d’origine tropicale et a besoin de chaleur, il serait contre-productif de l’acclimater puis de le planter trop tôt.</p<

Où se plante le basilic, à l’ombre ou au soleil ?

Le basilic aime une exposition ensoleillée, supporte la mi-ombre et il est nécessaire d’éviter l’ombre permanente. Si l’emplacement à mi-ombre est chaud il se développera correctement, par exemple s’il est cultivé au pied de plantes tuteurées en serre (ex : tomate).

Quand et comment planter le basilic ?

Le basilic se plante après tout risques de gelées et quand les températures deviennent chaudes (minimum 20°C en journée), généralement après la mi-mai, dans la plupart des régions. Dans le Midi il peut se planter dès la fin avril, selon les conditions météorologiques de l’année.

Comment planter le basilic :

  1. Préparer un trou de plantation profond du double la hauteur de la motte.
  2. Mettre une bonne poignée de compost mûr dans le trou puis mettre un peu de terre sur le compost.
  3. Déposer la motte dans le trou et ramener le reste de terre autour de celle-ci. Le haut de la motte affleure la surface de la terre.
  4. Bien tasser de tous les côtés et faire une petite cuvette autour du plant afin de concentrer l’arrosage.
  5. Arroser généreusement au goulot de l’arrosoir.

Je plante le basilic juste après la plantation de tomate : J’intercale ainsi des pieds de basilics entre les plants de tomates. Voyons ci-dessous la raison.

Associer le basilic

Le basilic est une plante compagne idéale de la tomate, notamment car il excrète des substances nématicides via ses racines. Plus petit que la tomate, il ne lui fait pas concurrence et profite de son ombre pour ralentir sa floraison. Attention cependant de le cultiver au pied des tomates à condition de ne pas traiter à la bouillie bordelaise ! (ou tout autre traitement qui peut être nocif pour l’homme). Si vous êtes adepte de ce traitement, ce que je ne recommande pas mais ceci est un autre sujet, je vous recommande plutôt d’associer vos tomates aux œillets d’indes. Effectivement, autant éviter de consommer du cuivre, même si le basilic est bien lavé il y a toujours des résidus. En serre, la variété de basilic Cannelle protège la tomate des aleurodes.

Le basilic s’associe avec les choux pour les protéger de la teigne, et avec l’aubergine pour la protéger de la noctuelle. C’est également un bon voisin du poivron (et piment).

associer le basilic

Basilic Thaï associé à la tomate et à la rose d’inde

Entretien du basilic

Bien entretenir la culture du basilic est important pour retarder la floraison et ainsi poursuivre les récoltes de feuilles plus longtemps.

L’entretien se résume à :

  • sarcler autour des basilics dès que les adventices deviennent concurrentielles.
  • Pailler dès que possible lorsque le sol est assez chaud.
  • Le basilic aime l’eau, il faut donc l’arroser régulièrement pour qu’il développe les feuilles plutôt que les fleurs.
  • Pincer les tiges régulièrement afin de favoriser la croissance des pousses axillaires.

Le basilic peut être pincé une première fois lorsque le plant atteint environ 15 centimètre de haut. Seulement l’apex, c’est à dire le bouquet terminal est pincé avec les ongles plutôt qu’avec un outil métallique.

pincer le haut des tiges du basilic

Pincer l’apex de la tige principale puis lorsque le plant sera plus développé pincer les apex des tiges secondaires

Les maladies du basilic

Le basilic rencontre peu de problèmes, son goût particulier attire surtout les humains. Le seul insecte embêtant est le thrips. Ensuite, le basilic peut être sujet à diverses maladies mais elles restent assez rares. Citons la fusariose, la moisissure grise et le virus de la tache nécrotique de l’impatiens. Une autre maladie est plus fréquente, bien que les conditions de son développement sont particulières, il s’agit du mildiou du basilic.

Le mildiou du basilic

Le mildiou du basilic est une maladie cryptogamique du à un champignon, Peronospora belbahrii. Il touche surtout les basilics à grandes feuilles et à petites feuilles, les basilics génois. Le basilic pourpre semble épargné ainsi que le Thaï et le citronné. Les symptômes sont dans un premier temps un jaunissement des feuilles accompagné de taches brunes. S’ensuit une sporulation grise qui brunit avec le temps, le basilic n’est alors plus consommable.

Les conditions de développement du mildiou du basilic sont une forte hygrométrie (>85%) dans une large plage de température comprise en 12 et 27°C. Les feuilles mouillées sont très bénéfiques à la sporulation du champignon. Enfin une faible luminosité (les jours de pluies) est très bénéfique à son développement.

Afin d’éviter de réunir toutes ces conditions favorables à son développement, voici mes recommandations :

  • Éviter d’arroser le feuillage. Si le basilic est associé à la tomate il convient d’arroser au pied des plantes au goulot de l’arrosoir ou au goutte à goutte.
  • Éviter les conditions d »hygrométrie élevée, par exemple en serre ou sous tunnel nantais. Bien aérer dans les serres est important pour limiter l’apparition de beaucoup de maladies cryptogamiques.
  • Ne pas planter trop densément les plants de basilic. L’air doit pouvoir circuler et assécher rapidement les feuilles après une pluie.

Récolte du basilic

Le basilic se récolte au fur et à mesure des besoins, avec les ongles plutôt qu’avec des ciseaux pour éviter que les tiges noircissent.

Que faire avec du basilic ?

Une aromatique de soleil s’accorde forcément avec des légumes du soleil. Le basilic se marie divinement avec les aubergines, courgettes et tomates. Coupé finement il peut être parsemé sur des tranches de tomates du potager avec un peu de fleur de sel et un filet d’huile d’olive. Il peut être ajouté en fin de cuisson dans une ratatouille. Si vous êtes adeptes du pesto ou pistou c’est bien entendu la recette idéale.

La recette du pistou génois

Pour 4 personnes :

  1. Prélever 2 beaux bouquets de basilic génois (Genovese) puis le mixer au mini hachoir.
  2. Hacher 2 à 3 belles gousses d’ail.
  3. Hacher 50 g de pignons de pin.
  4. Rassembler et mélanger dans un bol le basilic, l’ail et les pignons de pins hachés.
  5. Incorporer 100 g de parmesan râpé ou mieux, 50 g de parmesan et 50 g de pécorino (fromage italien de brebis).
  6. Ajouter de 5 à 10 cl d’huile d’olive de qualité selon votre préférence.
  7. Si besoin corriger l’assaisonnement avec du sel et du poivre sachant que le parmesan et le pécorino sont déjà salés.

Une autre façon de préparer le pistou est de le faire au pilon plutôt qu’au mini hachoir, méthode qui conserverait mieux les arômes. Le pistou génois accompagne des plats de pâtes, fraiches c’est encore meilleur !

cultiver le basilic pour faire du pesto

Pistou génois

Faire ses semences de basilic

Produire ses semences permet de gagner en autonomie et d’adapter les variétés à son terroir, de redistribuer des graines à des amis jardiniers. En ce qui concerne le basilic j’ai rédigé un article complet sur la récolte de ses semences.