L’ortie est une plante aux multiples vertus. Hôte de nombreux insectes dont de nombreux auxiliaires, elle est aussi, après transformation un très bon fertilisant ou engrais naturel et gratuit au jardin potager. Le purin d’ortie, également appelé extrait fermenté d’ortie est certainement le plus connu par les jardiniers amateurs. En pratique il n’est pas difficile à fabriquer, bien que lors de son élaboration on se pose soudain de nombreuses questions. Dans cet article nous allons voir comment préparer et utiliser un purin d’ortie, indispensable pour obtenir de belles et abondantes récoltes.

Brève description de l’ortie

L’ortie est une plante qui se développe à partir de racines superficielles sur des terres riche en nitrates ou en matière organiques peu décomposée. Par exemple, si vous abandonnez un tas de pelouse, il y a de fortes chances de voir l’ortie se développer au bout de quelques mois. L’ortie absorbe généreusement cet azote et elle le concentre dans ces tiges et feuilles. Elle absorbe également d’autres minéraux dont le calcium et le fer. Préférez la cueillette sauvage à sa culture qui nécessite des conditions bien particulières.

La fabrication du purin d’ortie

Voici les différentes étapes de la fabrication du purin d’ortie (s’applique aussi aux purins d’autres plantes) :

  1. Ramassage
  2. Hachage
  3. Mise en fermentation
  4. Agitation
  5. Filtration
  6. Stockage et Conservation

Voyons en détail ces différentes étapes :

1 – Le ramassage

Si vous supportez les piqûres arrachez les orties en passant vos mains sous les feuilles. Sinon faites comme moi, utilisez des gants de jardinage. Comme outil, soit vous arrachez à la main soit avec une cisaille ou un sécateur. Évitez de ramassez les orties montées à graine, faites le assez tôt dans la saison, le mois d’avril est idéal car l’ortie commence sa floraison dès le mois de mai.

2 – Le hachage

Munissez vous d’une cisaille ou d’un sécateur et coupez les feuilles et tiges des orties en petits morceaux. Cette opération est importante pour une fermentation plus rapide et pour faciliter la filtration.

Hachage de l'ortie au sécateur

Hachage de l’ortie au sécateur

3 – La mise en fermentation

Respectez la proportion suivante de 1 kg d’ortie fraiche pour 10L d’eau. Mettez les orties dans un seau ou le récipient de votre choix. Complétez d’eau de pluie (non calcaire). Agitez puis couvrez à l’aide d’un matériau qui laisse passer l’air. Mettez votre préparation à l’ombre et à l’abri de la pluie. Vous en avez pour une semaine à une dizaine de jour, plus il fait chaud et plus la fermentation sera rapide.

4 – L’agitation

Dans la mesure du possible agitez quotidiennement le purin à l’aide d’un bâton par exemple. N’hésitez pas à faire remonter les orties du dessous au dessus afin que la fermentation reste la plus homogène.

5 – La filtration

Lorsque le purin ne fait plus de bulles en surface ça signifie qu’il est prêt ! Vous allez pouvoir le filtrer. Pour cela j’utilise une vieille passoire fine. A défaut, utilisez un tissu fin. Filtrez la totalité du purin et recyclez les débris dans votre tas de compost, ce qui va le booster au passage !

Comment préparer et utiliser un purin d'ortie avec l'étape de filtration

Filtration du purin d’ortie

6 – Le stockage et la conservation

Stocker dans un contenant refermable comme un jerrican ou un bidon. Si besoin rincez le contenant suivant le produit qui y était stocké. Vous pouvez conserver le purin plusieurs mois de cette façon, voir jusqu’à 2 ans s’il est bien à l’abri de la chaleur et de la lumière. Moins vous aurez d’air dans le bidon et plus le purin se conservera longtemps, pour cela faites en sorte qu’il soit bien plein. Transférez éventuellement le purin restant après la saison dans des contenants plus petits (bouteilles en plastique ou en verre, etc…) afin de garder un minimum d’air en contact avec le purin.

Stockage en bidon

Stockage en bidon

Ne pas confondre

Le purin d’ortie est un extrait fermenté de la plante, c’est à dire que la fermentation a duré plus d’une semaine, l’ortie est donc bien décomposé. Il est également possible de faire une macération d’ortie qui dure de 12h à 3 jours. L’effet recherché est alors insecticide et insectifuge contre les pucerons, psylles, acariens, etc…

L’utilisation du purin d’ortie

Au potager et au verger le purin d’ortie sera utilisé de 3 manières : en pulvérisation, en arrosage et en trempage. Ne jamais utiliser le purin d’ortie pur il brûlerait vos plantes, c’est pourquoi il faut le diluer avec de l’eau (de pluie de préférence). Voici un tableau récapitulatif de l’utilisation du purin d’ortie :

Dilution En pratique Utilisation
Dilué entre 2 à 5% 250 mL de purin + 4,75 L d’eau En pulvérisation pour fortifier les plantes
Dilué à 10% 1L de purin + 9 L d’eau En arrosage tous les 15 jours pour fertiliser les plantes
Dilué à 20% 500 mL de purin + 2 L d’eau En trempage avant plantation

Le purin d’ortie pour quelles plantes ?

Toutes les plantes apprécient potentiellement le purin d’ortie. Toutefois certaines l’apprécie davantage et d’autres le supporte que s’il est apporté peu souvent et à la bonne dose. De même si votre terre est déjà très fertile, cet extrait fermenté peut potentiellement nuire à certaines plantes plutôt que d’être bénéfique. Enfin, le purin d’ortie est bon à un certain stade de développement des plantes, c’est-à-dire quand elles sont en pleine croissance. Lorsqu’elles font leurs fleurs il faut arrêter ce purin riche en azote. C’est pourquoi il faut l’utiliser avec discernement. Et il vaut mieux toujours bien respecter les doses énoncées ci-dessus pour éviter tout excès dommageable à la bonne santé des plantes. Sachez par exemple qu’un excès de purin d’ortie peut entrainer une trop forte vigueur chez certains végétaux, ce qui peut attirer fortement les pucerons.

Voici tout de même quelques plantes appréciant bien l’extrait fermenté d’ortie :

  • La tomate apprécie fortement l’aide de cet extrait fermenté mais observez la vigueur de vos plants pour ajuster la fréquence des apports.
  • L’aubergine, encore plus gourmande que la tomate, apprécie davantage d’arrosages au purin d’ortie.
  • Le piment (et poivron) apprécie tout autant que la tomate le purin d’ortie.
  • La laitue et les choux apprécieront cet extrait fermenté juste après le repiquage pour favoriser leurs reprise.
  • Cette liste n’est pas exhaustive, n’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires.

Les propriétés du purin d’ortie

Fertilisant

Le purin d’ortie est très riche en azote, il agit sur la croissance des végétaux et sur le rendement. Également riche en potassium il aide au développement des fruits et des tubercules.

Fortifiant – Stimulant

Sur les plantes, le purin d’ortie stimule leur croissance et joue sur la précocité en améliorant la fonction chlorophyllienne. Sur le sol, l’extrait fermenté d’ortie stimule la flore microbienne, ce qui est bénéfique pour la croissance des plantes.

Éliciteur

Le purin d’ortie stimule la défense des plantes contre les maladies et les ravageurs. Il aiderait notamment à prévenir le mildiou de la tomate.

Anti chlorose ferrique

Le purin d’ortie est riche en fer. Si des végétaux montrent des signes de chlorose ferrique (feuille jaunes sauf nervure verte) il est possible de pulvériser du purin (à 5%) sur les feuilles. Cependant c’est un moyen de lutte temporaire, prévoir un travail de fond pour les cultures pérennes.

Autres conseils

  • Alternez pulvérisation et arrosage au pied des plantes, l’un stimulant les feuilles, l’autre les racines
  • Un arrosage au purin d’ortie tous les 15 jours est suffisant
  • Combinez le purin d’ortie avec le purin de consoude, ce dernier va avoir un des meilleurs effets sur la floraison (bore) et la fructification (phosphore) ainsi le développement des fruits (potassium).
  • Dans le cas ortie/consoude, commencez la saison avec le purin d’ortie puis passez au purin de consoude (10% en arrosage).
  • Ne jetez surtout pas les restes de purin, mettez le reste du pulvérisateur et de l’arrosoir au compost, ce qui va activer sa maturation.

Pour aller plus loin sur les extraits fermentés

Je vous recommande ces quelques livres que j’ai particulièrement apprécié. Une mention particulière pour « Je prépare mes potions pour le jardin » aux éditions terre vivante. C’est un livre bien illustré et pratique qui récapitule tous les purins, infusions, décoctions, macérations et même les badigeons que l’on peut facilement faire au jardin, et bio bien évidemment.

Restez informé des nouveaux articles

J’espère que vous avez apprécié cet article sur comment préparer et utiliser un purin d’ortie. Vous pouvez vous inscrire à la newsletter pour être tenu au courant de mes futurs articles, il suffit de remplir le formulaire dans la barre latérale ci-contre (La Box Potagère).
Et vous, faites-vous votre purin d’ortie ? Avez vous des astuces à partager ? Vos commentaires sont toujours les bienvenus !